La pollution de l'air intérieur, un enjeu de santé majeur contre la pandémie actuelle de COVID-19.

 
Le mécanisme d’action de la technologie FlickLyse®️ située au cœur de l’appareil evO2 ainsi que les excellents résultats d’efficacité obtenus sur deux souches de virus grippaux hautement pathogènes permettent d'attester de la pertinence d’utilisation de cette technologie dans le cadre de la lutte contre la pandémie de COVID-19.
20000

décès


Induits par la pollution de l’air intérieur
19Mds. €

associés


Maladie longue durée, arrêts de travail, ...
8x

+ de pollution


Pollution 5 à 8 fois supérieure à l’air extérieur
2x

de maladie


Doublement de la prévalence des maladies allergiques en 20 ans

Nous passons plus de 80 % de notre temps à l'intérieur d'espaces clos susceptibles de présenter des niveaux de pollution élevés

Selon l'Observatoire de la qualité de l'air, la lutte contre la pollution intérieure doit être engagée sur tous les terrains. Si les logements individuels sont importants, le temps passé au bureau, dans les transports et autres bâtiments publics (crèches, écoles, musées, hôpitaux, ...) est loin d’être négligeable. Les polluants y sont présents en abondance sans que l'on s'en rende compte.
Les polluants chimiques que l’on trouve à l’intérieur des espaces clos sont multiples (jusqu’à 400 espèces différentes dont le formaldéhyde, le toluène, le limonène, le benzène, ...) et proviennent de l’activité humaine (produits de nettoyage, vêtements, meubles, moquettes, tapis,...) ou du bâti (placoplâtre, bois traité, peintures,...). Dans ces mêmes espaces intérieurs, on retrouve également des polluants microbiologiques lié à la présence humaine plus ou moins dense (bactéries, virus, moisissures) et un certain nombre de polluants variés importés depuis de l’extérieure (COVs, PM, allergènes, microorganismes, etc …).

Effets potentiels sur la santé à court terme:
• Irritation des yeux et de la gorge
• Allergie
• Asthme
• Fatigue
• Maux de tête
• Congestion


Effets potentiels sur la santé à long terme:
• Rhinite
• Maladie respiratoire
• Cancer


Les polluants peuvent être d’origine biologique (virus, bactéries, moisissures et certains allergènes) ou industrielle (produits chimiques nocifs, particules issus de combustion des véhicules ou de certains procédés de chauffage). Ces polluants sont à l’origine d’affections aigües ou chroniques, parmi lesquelles : Rhinites, Céphalées, Conjonctivites, Diverses Irritations cutanées, Sensations de fatigue, Cancers, Accidents cardiovasculaires.
Respirer un air de mauvaise qualité peut avoir de graves conséquences sur la santé :
intoxications, cancers, problèmes respiratoires, allergies, asthme, maux de tête, fatigue… Les risques sont encore plus grands pour les personnes fragiles (enfants, personnes âgées, malades...). À l'inverse, une bonne qualité de l'air intérieur favorise le bien-être, il n’est jamais trop tard pour changer.

Des docteurs en chimie et pharmacie, ingénieurs, docteurs en microbiologie, conseil scientifique et médical.

Une équipe pluridisciplinaire et un conseil scientifique et médical

Des moyens d’essais en collaboration avec des acteurs privés et institutionnels


Le spectre de polluant est très large et chaque cas est différent. Nous vous accompagnons pour analyser votre problématique et proposer les solutions les plus adaptées pour dépolluer votre environnement intérieur.

Informations sur les aspects réglementaires.
Depuis le décret issu de la loi grenelle II, du 17 août 2015, il y a une obligation réglementaire de surveiller la qualité de l’air intérieur dans les établissements qui reçoivent du public avec un calendrier qui a débuté dès le 1er janvier 2018 dans les établissements accueillant la petite enfance. S’ensuivra une obligation pour les collèges et lycées en 2021, puis tous les établissements (musées, hôpitaux, centres de loisirs ...) à partir de 2023.

Décret n° 2015-1000 du 17 août 2015 relatif aux modalités de surveillance de la qualité de l'air intérieur dans certains établissements recevant du public - Légifrance (legifrance.gouv.fr)